Chez moi c’est…

source: http://saude.sapo.pt/

Je partage avec vous ma production pour le concours Mondoblog 2014

Je suis béninoise alors je pourrais vous dire que chez moi c’est le Bénin et avec mes mots vous faire voyager sur ces terres dont je suis on ne peut plus fière. Mais au lieu de cela, je préfère vous emmener quelque part où je me sens toujours chez moi. Peu importe l’endroit où je me trouve sur la planète, quand je rentre dans une cuisine c’est très souvent avec beaucoup de joie alors je crois bien que chez moi c’est la cuisine.

Très jeune, étant toujours dans les jupons de ma mère, je la regardais cuisiner.  Je ne comprenais pas vraiment le principe ni les procédés, mais je privilégiais ces moments où je pouvais la regarder s’activer à la cuisine, effectuer plusieurs tâches en même temps et à la fin sortir de très bons mets. En grandissant j’ai fait une remarque intéressante ; chaque fois qu’il y avait des tensions entre mes parents, elles s’amoindrissaient après le repas. Papa faisait souvent des compliments à maman après le repas et croyez moi ils étaient largement mérités. Elle lui répondait par un sourire et si une vive discussion était en cours, elle se déroulait de façon beaucoup plus calme. C’est alors que j’ai compris quelque chose de déterminant pour ma vie : la cuisine a le pouvoir de consolider l’amour. Ce n’était pas vraiment les plats que maman faisait qui étaient exceptionnels, c’est l’amour qu’elle y mettait. Par la suite j’ai compris que notre humeur se reflète dans nos plats.

Mais avant tout ça alors même que je ne savais pas cuire des œufs (le basique me diriez vous ! N’en soyez pas si sûrs), j’étais persuadée que papa me pardonnerait plus facilement mes mauvaises notes si je pouvais sublimer son palais comme maman savait si bien le faire. Je suis donc allée à l’école de cette dernière. La formation a été difficile. Pendant longtemps elle ne m’autorisait qu’à faire la vaisselle et écraser les condiments sur notre traditionnelle pierre à écraser. J’étais frustrée, tant et si bien que je souvent émis le vœu de démissionner mais il n’en était pas question. J’avais quatorze ans quand j’ai réalisé un repas toute seule. Je ne vous dirai pas lequel du moins pas aujourd’hui. Sachez cependant qu’il était moyen dans le goût et dans la présentation (bah oui ces deux aspects sont les plus importants). Mais ce jour là, j’ai compris qu’avec la cuisine c’était parti pour une très belle histoire.

J’aime transformer les produits, j’aime le son des ustensiles qui s’entrechoquent, des mets qui mijotent au feu… J’aime l’expression qui se dessine sur le visage des gens quand ils goûtent ma cuisine. C’est ma façon à moi de donner de l’amour. Aujourd’hui, je cuisine quand je suis triste, heureuse, stressée, en colère, autant de fois que je peux me le permettre. J’aimerais vous dire que la cuisine c’est toute ma vie mais je ne peux oublier les études que j’entreprends.  Est-ce que j’ai voulu faire de la cuisine un métier ? Evidemment. Pourquoi ce n’est pas le cas ? Il est clair qu’on ne fait pas toujours ce qu’on veut. Cependant je ne regrette aucunement mon choix de carrière. Mieux encore cuisiner simplement par passion et sans contraintes me permet de toujours me sentir libre et épanouie dans cette activité. Bien que la cuisine béninoise par laquelle j’ai évidemment commencé soit très variée, je prends beaucoup de plaisir à découvrir celles des autres régions du monde.

J’ai la chance de séjourner au Sénégal depuis trois ans maintenant et je puis vous dire que l’une des premières choses qui m’ont conquise dans le pays de la Teranga c’est la cuisine. Je suis tous les jours impressionnée par la capacité des Sénégalais à offrir une large variété de plats mais avec le même ingrédient de base. Vous l’aurez deviné le riz. J’espère parcourir le monde toute ma vie durant pour en apprendre davantage. En attendant, j’essaye des recettes africaines et européennes autant que faire se peut.

J’aime la cuisine. Je m’y sens à mon aise. Au delà de l’infrastructure qu’invoque le mot, j’ai tenu à vous immerger dans l’univers de cet art que j’entends perfectionner un peu plus chaque jour. Chez moi c’est tout un univers ce n’est pas seulement un local. Chez moi, il y a de l’amour, chez moi il y a de la joie, de la beauté, de la créativité, chez moi c’est le monde de la cuisine. Il n’y aura probablement pas de nouvelles recettes qui porte mon nom mais je suis sure de laisser mon empreinte à travers les différents sentiments que j’ai inspiré aux uns et aux autres par le biais de la cuisine. En espérant que vous vous êtes plus chez moi, je vous souhaite bon retour chez vous.

À propos de l'auteur

Lucrece

Ambitieuse, déterminée et très amoureuse de la langue française, voilà qui je suis. Ingénieur de conception en réseaux Telecom, je suis passionnée de lettres et de cuisine. Pour vivre j'ai besoin d'internet et d'eau mais ma plume est mon arme de survie dans ce monde plein de défis.

Archives par auteur

10 Commentaires

  1. je crois que u m’as laissé savourer ta cuisine rien qu’en te lisant, oups qu’à la fin u ma ramené chez moi!! C’est bon d’être chez soi oh!! En tout cas je confirme que tu y mets de l’amour en cuisine, quand on y goutte c’est recevoir une marque d’amour qui nous chatouille pour toujours revenir y goutter!! Happy d’avoir déjà goutté et toujours ready à revenir quand l’occasion se présentera!!

  2. j’ai été impressionné par les mets mais aussi par ta façon de l’écrire. Lucrèce, si celle qui t’a appris a écrire était une experte en la matière celui qui t’a amené à aimer la littérature devrait être un géant. Et la combinaison des deux vont parfaitement ensemble. bonne continuation.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *