Génération Z, un mode de communication bien particulier

J’ai récemment suivi avec beaucoup d’intérêt, l’excellent reportage « Bienvenue en adosphère » de l’Atelier des Médias. Si j’ai été particulièrement séduite par ces jeunes qui gagnent leur vie tout en l’inventant et en bouleversant au passage la façon traditionnelle de concevoir l’apprentissage et le monde du travail, je n’ai pu m’empêcher d’être déroutée par… leur vocabulaire. C’est le cas de le dire, j’ai pris un « coup de vieux » en écoutant ces jeunes parler de l’usage qu’ils font des réseaux sociaux. Je me suis donc intéressée à ceux qu’on appelle aujourd’hui la génération Z ou encore les digital natives et à leurs nouvelles façons de communiquer. Mon article est loin d’avoir fait le tour de la question mais si comme moi vous vous sentez « has been » en les écoutant, vous apprécierez d’en savoir davantage sur leur façon de communiquer sans pour autant vous l’approprier.

Le langage courant
S’il n’est plus utile de présenter les désormais traditionnels lol, mdr, ptdr, xptdr… il faut remarquer que de nouveaux mots font leur apparition dans le vocabulaire des « jeunes ». En lisant par exemple « Je kiff ta swag #yolo », on pourrait avoir du mal à déchiffrer le message. De plus en plus utilisé yolo (You Only Live Once) est la formulation nouvelle de Carpe Diem. D’autres expressions tels que irl (In Real Life) ou encore Posey (au calme) ne devraient désormais plus vous surprendre. Cela dit, on est loin d’avoir fait le tour des néologismes actuels mais si tout ceci, vous semble déjà compliqué, vous aurez bien du mal à déchiffrer le pic speech.

Réseaux sociaux

J’ai pris un « coup de vieux » en écoutant les jeunes parler de l’usage qu’ils font des réseaux sociaux

Parlez-vous le pic speech ?
Si de plus en plus d’améliorations sont faites sur les appareils photos des nouvelles versions de smartphones, ce n’est pas sans raison. On ne compte plus le nombre de photos partagées sur les réseaux sociaux chaque jour. Le fameux selfie, qui permet « d’être vu entrain de se voir » est devenu un véritable phénomène avec des variantes tels que le belfie (bottom selfie) dont l’utilité m’échappe toujours. Une chose est certaine, l’appareil photo semble désormais être une extension du corps et on peut facilement raconter sa vie en image et au passage faire le succès de plateformes tels que Instagram, Snapchat ou encore Vine. Pour ceux qui souhaitent en apprendre davantage, n’hésitez pas à lire si vous en avez l’occasion le livre « Parlez-vous Pic Speech ? » du sociologue Thu Trinh-Bouvier qui vous en dit également plus sur les émoticônes.

Les émoticônes et les emoji

De plus en plus variés, les émoticônes et leur variante plus étendue les emoji semblent pratiquement incontournables. On les retrouve partout. Le vocabulaire est suffisamment riche pour permettre la rédaction d’un communiqué de presse ou même la traduction entière d’un livre. Peut-on déjà parler de l’obsolescence de l’alphabet et s’attendre bientôt à l’apparition de claviers totalement « émoticône » ? Ne retenez pas votre souffle, ce n’est pas demain la veille.

J’ai beau essayer, j’avoue que je ne comprends pas vraiment le langage des « mutants ». Et pourtant, ces nouvelles manières de communiquer ne sont pas vraiment nouvelles. On en parle depuis quelques années déjà. En revanche, je suis certaine qu’en parlant couramment le C, le Javascript, le Python ou un langage similaire, on survit bien à coté de la génération hyper connectée puisqu’au final, c’est le code informatique qui est à la base de ce qui leur paraît indispensable aujourd’hui. Alors si vous en avez l’opportunité, apprenez le langage du xxieme siècle : le code informatique.

À propos de l'auteur

Lucrece

Ambitieuse, déterminée et très amoureuse de la langue française, voilà qui je suis. Ingénieur de conception en réseaux Telecom, je suis passionnée de lettres et de cuisine. Pour vivre j'ai besoin d'internet et d'eau mais ma plume est mon arme de survie dans ce monde plein de défis.

Archives par auteur

8 Commentaires

  1. Lucrece!!!! Je me sens visée après notre conversation de l’autre jour même si je ne parle pas couramment le « langage » 😛
    Heureusement que je parle le C, JavaScript et Python 😀

  2. Je vais donc assumer mon côté has been et te dire qu’en fait, derrière cette novlangue technologique se cache le grand fossé culturel qui se creuse entre la dite Génération Z et les classes gouvernantes, qui elles, continuent de se nourrir de Proust.

  3. Suis encore un alphabet du numérique, car celui qui ne sait pas coder en ce 21e siècle n’est pas digne de faire partie de la société numérique. bon, je dois me mette au travail le plus vite que possible.

    1. lol. Il faut bien des concepteurs et des utilisateurs… Donc tu es bien digne de faire partie même si tu ne codes pas. En revanche, si tu souhaites t’y mettre, je ne saurai que trop te le recommander… 😉

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *