Le projet Loon ou comment connecter le monde entier 

Le monde est désormais un village planétaire grâce à Internet. Et il n’y a pas de raison que certains soient exclus de ce village. Ou du moins c’est ce que pense Google. Le géant américain a l’intention d’apporter Internet dans toutes les régions du monde avec son ambitieux projet Loon.

Le projet Loon en quelques points

Selon une étude, plus de deux tiers de la population mondiale n’ont pas accès à Internet. Pour y remédier, Google a mis en place le projet Loon (diminutif de balloon). Il consiste à envoyer dans la stratosphère, des ballons de quinze mètres de diamètre gonflés à l’hélium. Ainsi, ces ballons devraient permettre de couvrir chacun un rayon de quarante kilomètres et fournir des débits équivalents à la 3G.

Projet Loon: contraintes et complexité

A vingt kilomètres d’altitude, il n’y a aucun risque que des avions de ligne soient perturbés par les précieux ballons de Google. Cependant d’autres préoccupations demeurent. Les difficultés techniques ne manquent pas. Mais avec la collaboration de Google avec d’autres structures telles que la NASA et le CNES, il y a des chances que toute la planète puisse être connectée d’ici 2020 comme l’ambitionne le géant américain. Il faut noter par ailleurs que le projet Loon n’a pas que des partisans. Bill Gates l’ancien PDG de Microsoft désormais très engagé dans les œuvres humanitaires estime « qu’une connexion Internet n’aidera pas des pays en difficulté face à des maladies comme le paludisme ou la diarrhée ». Cela dit à chacun sa méthode pour aider les plus pauvres hein. Pour ma part, cela me ferait évidemment plaisir que les populations de Savalou (mon village 🙂 ) puissent lire mes billets, mais soyons réalistes ! Ce n’est pas en sachant que des ballons gonflés à l’hélium flottent à vingt kilomètres au-dessus de leurs têtes que ça va arriver. C’est dire que tout le monde n’a pas forcément les moyens de posséder un terminal capable de se connecter à Internet même s’il se peut que les choses évoluent sensiblement d’ici 2020. En effet, tout GAFA (Google Amazon Facebook, Apple) est à pied d’œuvre pour nous extorquer quelques données. Nous reviendrons prochainement sur leurs différents projets pour connecter le monde entier.

Le projet Loon bien qu’étant toujours à une phase expérimentale a déjà été déployé dans quelques régions du monde telles que la Nouvelle-Zélande, le Brésil, les Etats-Unis et bientôt l’Australie. Si pour le moment il présente quelques insuffisances, on peut compter sur l’insatiabilité et la puissance financière de Google pour le concrétiser. En attendant notre tour, que pensez-vous du projet Loon?

À propos de l'auteur

Lucrece

Ambitieuse, déterminée et très amoureuse de la langue française, voilà qui je suis. Ingénieur de conception en réseaux Telecom, je suis passionnée de lettres et de cuisine. Pour vivre j'ai besoin d'internet et d'eau mais ma plume est mon arme de survie dans ce monde plein de défis.

Archives par auteur

10 Commentaires

  1. Un projet fort intéressant dont les enjeux sont très important. Déjà que rien n’est vraiment gratuit avec ces géants du web. Collecte massive de données, monopole dans plusieurs régions etc. seront sûrement de la partie! A suivre!

  2. D’un point de strictement technique, ce serait une prouesse assez intéressante à réaliser.
    Attendons de voir d’ici 2020 comme seront les choses (c’est marrant, au Togo nous on attend 2030). Pour ma part, je préfèrerais d’ici là que des sérieuses startup africaines aient grandi et prennent suffisamment d’ampleur sur le continent. GAFA et compagnie, c’est bien beau mais il faut penser géostratégie au. Le tout le local, même à minima, je préfère!
    On en reparle en 2020

  3. Je trouve ce projet louable n’en déplaise à Bill Gates. Sa réalisation sera un pas vers la réduction de la fracture numérique même si le problème d’accès à l’outil informatique demeure. Merci de m’édifier sur cette initiative.

    1. Je trouve aussi. En ce qui concerne Bill Gates je pense même que ce projet pourrait aider à lutter contre les fameuses maladies. Internet n’a pas que du bon c’est sur mais on ne peut nier que c’est un formidable outil éducatif quand on l’utilise à bon escient. Ainsi une population instruite pourrait lutter plus efficacement contre la maladie. En ce qui concerne les terminaux les choses ne sont déjà plus ce qu’elles étaient il y a quelques années donc d’ici 2020 on peut espérer qu’elles évoluent encore plus dans le bon sens.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *