Les cookies, des biscuits peu digestes

cookiesCrédit photo Einladung_zum_Essen via Pixabay CC

Avez-vous remarqué ces agaçantes bannières que l’on retrouve sur la plupart des sites de nos jours ? « Nous utilisons les cookies  afin d’améliorer l’expérience de nos utilisateurs… » La formule se décline sous différents modèles mais le message est le même. Si tu ne l’acceptes pas, dans la majorité des cas, tu ne peux pas accéder à notre contenu. Ou alors on laisse la bannière bien en évidence pour que ce soit la seule chose dont tu te souviennes après ton passage. Alors on s’empresse de cliquer sur « j’accepte » pour continuer à naviguer. Mais à quoi disons-nous oui chaque fois que nous acceptons gentiment ces cookies ? Avec cette délicieuse appellation, rien de bien méchant me diriez-vous. N’en soyez pas si sûr !

La recette originelle des cookies était pourtant excellente

Vous savez comme c’est agréable d’aller prendre le thé chez un ami et de se rendre compte qu’il a mémorisé vos préférences, un peu de menthe, un peu de citron et du miel… Eh bien les cookies informatiques c’est presque pareil. Conçu en 1994, le cookie informatique a pour but de rendre la navigation sur un site web la plus agréable possible. Pour ce faire, un petit fichier contenant des données de l’utilisateur est stocké sur son terminal. C’est ce que l’on appelle aussi un témoin de connexion et son objectif premier est de faciliter l’expérience utilisateur.

Vu comme ça, les cookies on les accepte et on en redemande. Mais vous le savez, toutes les bonnes inventions ne sont pas utilisées à bon escient. Alfred Nobel par exemple a initialement conçu la dynamite pour faciliter le travail des mineurs (c’est sa version) mais très vite on a vu que cette invention était nettement plus utile dans l’industrie de l’armement. Pour en revenir aux cookies, on a également très vite trouvé le moyen de rendre indigestes les délicieux cookies facilitateurs de navigation sur internet.

Plusieurs types de cookies mais pas forcément au choix

De la même manière qu’il existe plusieurs recettes de cookies, il existe différentes sortes de cookies informatiques destinés chacun à un usage précis. On distingue notamment les cookies de gestion de sessions, de performances et de personnalisation. Ce sont généralement des cookies  nécessaires pour accéder au contenu d’un site et à ses fonctionnalités. Et puis il y a les cookies de ciblage et les cookies tierce partie. La première catégorie permet entre autres de pister l’utilisateur en récoltant ses habitudes de navigation afin de lui proposer du contenu ciblé. Si on veut voir le verre à moitié plein, on dira que tant qu’à faire autant recevoir des suggestions intempestives sur des sujets qui nous intéressent vraiment.

En ce qui concerne les cookies tierce partie, comme le nom l’indique, ils proviennent de tiers. Ce sont les plus répandus et ils proviennent des images et objets venant d’une autre page. L’exemple le plus évident est celui du bouton j’aime de Facebook. En ouvrant une page web qui contient ce bouton par exemple, un cookie peut être activé permettant à Facebook d’avoir accès à des informations vous concernant. C’est l’exemple le plus remarquable mais les objets susceptibles de contenir des cookies tierce partie sont de plus en plus nombreux. Et ce n’est pas le plus alarmant.

En effet, un cookie est conçu pour avoir une durée de vie définie par le concepteur du site. Et si certains d’entre eux sont prévus pour expirer en fin de session, lorsque vous fermez le navigateur, d’autres en revanche peuvent aller jusqu’à 7 000 ans. Ce sont les fameux cookies permanents très critiqués par les experts en sécurité de données. L’exposition de vos données personnelles à votre insu dans ce contexte peut entraîner spam, pop-up, partage de données privées… Et il ne s’agit là que des conséquences les moins graves.
En cliquant sur le fameux bouton « j’accepte », (lorsqu’on vous le permet) il est donc possible que vous ayez accepté à la fois les cookies utiles et indiscrets. Mais alors comment séparer le bon grain de l’ivraie ?

Faire une consommation « saine » des cookies

Il existe plusieurs solutions pour utiliser les cookies sur internet sans partager plus que de raison. À vous de choisir en fonction de vos habitudes de navigation et de votre intérêt à préserver vos données personnelles.
Vous pouvez déjà apprendre à supprimer les cookies. La méthode varie d’un navigateur à un autre. Et si la méthode manuelle vous parait trop compliquée, vous pouvez installer un outil qui vous permet de les supprimer en quelques clics. Il vous appartient de définir la nécessité et la fréquence de suppression.

Une autre option consiste à ajuster les paramètres de votre navigateur de sorte à ne plus permettre le stockage de cookies de pistage et cookies permanents. Mais cela dépend du navigateur utilisé. Firefox et Google Chrome le proposent dans le menu Paramètres de confidentialités.

Lorsque vous naviguez sur un site qui vous propose d’ « accepter » les cookies ou de les « personnaliser », acceptez de sacrifier quelques secondes pour ne sélectionner que les cookies nécessaires et faire le choix ou non d’activer les autres. De ce fait méfiez-vous des sites qui ne sont pas assez transparents sur le sujet.

Comment autoriser ou bloquer les cookies d’un site? Capture d’écran de https://support.google.com/ le 04/02/2019

Peut-on se passer de cookies ?

L’un des avantages à utiliser la navigation privée est qu’aucun cookie ne sera enregistré pendant votre session. Voilà pourquoi il est recommandé d’ouvrir une session privée lorsque vous utilisez un ordinateur qui ne vous appartient pas. L’astuce est valable aussi lorsque vous visitez Seneporno. Mais pour autant peut-on choisir de se passer définitivement des cookies ? La réponse est oui puisqu’on croit vivre dans un monde libre et avoir toujours le choix. En revanche, ce choix limite le nombre de sites que vous pouvez visiter. Cependant, en raison de leur mauvaise réputation grandissante, de plus en plus de concepteurs de sites web proposent des solutions alternatives. Alors, ne vous en faites pas si vous n’aimez pas les cookies internet. De nouveaux moyens moins remarquables et plus intrusifs seront peut-être bientôt mis à votre disposition.

Alors cookie ou pas cookie?

Bon alors, résumons. Les cookies informatiques ne sont pas des virus. Ils ne sont pas capables de lire des informations contenus sur votre machine. Il est vrai que la manière dont ils sont enregistrés peut paraître quelque peu intrusive. Mais l’objectif premier était de faciliter l’expérience utilisateur. Si cet usage premier a été détourné et qu’ils représentent désormais un risque d’atteinte à la vie privée, il nous appartient de prendre les mesures nécessaires pour nous protéger du mieux possible. Si cet article vous a plu, ne me le dites pas en commentaires. Faites-moi parvenir des cookies. J’ai une préférence pour ceux aux pépites de chocolat. 

13 Commentaires

  1. Super article, Lucrèce.

    J’ai une question : quelle assurance ai-je qu’en cliquant sur « Je n’accepte pas », mes données ne seront pas quand même enregistrées dans des cookies ? Enfin, comment vérifier qu’un site a créé des cookies avec mes informations ?

    1. Merci Will 🙂 Chaque site procède différemment avec les cookies. Donc il n’y a pas une réponse universelle. Mais généralement le « Je n’accepte pas » t’empêche d’accéder au contenu du site. Du coup la plupart te proposent de « Paramétrer » ou d »En savoir plus ». Maintenant, dans les paramètres de confidentialité de ton navigateur, tu peux accéder à la rubrique Cookies pour supprimer ceux qui ne l’ont pas été en fin de session.

  2. Un régal! Comme.toujours! Avec toi, l’informatique est une gourmansise et son usage, la dégustation. C’est vrai que je me méfiais un peu de ces cookies mais sans plus. Là, je pense que je vais apprendre à sacrifier un peu de mon temps pour ne plus subir le diktat des pubs ciblées.
    Merci Lulu! Je te croyais uniquement preneise du bâton de manioc hein

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *